Vous êtes ici : Accueil > Votre Chambre > Les élus > Edito du Président

Edito du Président

Les flux rss du siteImprimer la page

Dans un contexte 2017 marqué par les aléas et la recherche de compétitivité, les équipes de la Chambre d’agriculture se sont mobilisées pour vous apporter stratégie et innovation.

Les actions de la Chambre d'agriculture ont eu pour double objectif de structurer votre vision à long terme tout en assurant avec efficacité le court terme.

Des finalités essentielles, dans les compétences déployées au quotidien du fonctionnement de nos exploitations, en cohérence avec la stratégie élaborée pour l’évolution de nos entreprises.

Au centre des enjeux : la valeur ajoutée gage de notre pérennité.

De la conception à la réalisation de vos projets, la mission d’accompagnement de la Chambre d’agriculture se veut permanente.

De la synergie de compétences avec d’autres entités du réseau des Chambres, à la structuration de partenariats pour créer un véritable prolongement économique dans nos valeurs ajoutées.

Plus que jamais nous devons collectivement faire évoluer nos métiers et nos activités avec anticipation.

2018 : En marche pour des résultats

En portant Emmanuel Macron et le mouvement En Marche à la gouvernance de notre pays, les Français dont les agriculteurs ont souhaité passer du changement à l’action. Les urnes ont donné le ton : changer les Hommes pour changer de modèle.

1er paradoxe : après une campagne où on a peu parlé d’agriculture, c’est une majorité d’élus urbains qui siègent au Palais Bourbon. Une classe dirigeante, jeune, réceptive aux réseaux sociaux véritables relais d’opinion du 21ème siècle, qui a le devoir d’arbitrer entre les aspirations sociétales et les réalités du secteur agricole et alimentaire. Une opinion qui se fabrique et se radicalise à coup de buzz médiatique, montrant les comportements excessifs souvent marginaux. Ainsi se décrète le modèle agricole aux antipodes des réalités économiques et scientifiques.

2ème paradoxe : la volonté exprimée dans les Etats Généraux de l’Alimentation de valoriser le produit en France et d’en fixer les prix à partir des coûts à la production, voit tout de suite ses limites quand aussitôt signée par les distributeurs la charte sur les pratiques commerciales n’est pas appliquée dans les négociations annuelles.

La volonté exprimée par le Président de la République de sortir en trois ans du glyphosate quand il faudra une véritable politique d’augmentation de la production française de protéines pour venir à bout des importations de tourteaux de soja américains traités au glyphosate.

3ème paradoxe : une sensibilité pro-européenne, souhaitant une véritable PAC, quand dans le même temps on met le CETA dans sa phase test, exposant aux mêmes règles de libre échange l’aéronautique et l’agriculture, soumise à des normes environnementales et sanitaires beaucoup plus strictes. En clôturant les EGA, le 1er ministre Edouard Philippe a confirmé la volonté d’assurer la souveraineté alimentaire de la France tout en confortant la viabilité économique des exploitations.

Pour notre département, pénalisé par des rendements et des prix bas, touché par des aléas à répétition, qui peine à sortir des difficultés économiques,

Pour nos exploitations qui sont dans l’impasse et qui s’interrogent sur le modèle économique,

2018 doit se projeter dans l’action pour des résultats.

Antoine HENRION

Président de la Chambre d'Agriculture de la Moselle