Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Détail de l'actualité

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Le lait par jour de vie : un critère de management du troupeau

Le lait par jour de vie est un critère synthétique de rentabilité à l’échelle de l’atelier laitier. Considérant que sur une exploitation, un animal sans production coûte, alors avec moins de jours improductifs, une vache dégagera davantage de produit dans sa carrière sans forcément accroître les charges.

Le mode de calcul

Cet indicateur est calculé d’abord à l’animal ; c’est l’addition toutes les quantités de lait produites sur sa carrière divisée par le nombre de jour de sa vie (naissance jusqu’à la date du calcul ou date de vente à l’abattoir/mort) ; puis l’indicateur est calculé au troupeau, c’est la moyenne de tous les laits individuels par jour de vie des animaux.

Les chiffres de la Moselle

Sur le dernier bilan de synthèse concernant la campagne du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017, la moyenne est de 9.9 kg de lait produit par jour de vie des 412 élevages suivis au contrôle laitier. Ce chiffre est stable par rapport à la campagne précédente même si la moyenne de production du département a subi une forte baisse de 8 100 à 7 650 kg de lait/VL/an.

Les mauvais fourrages et conditions météorologiques de 2016 expliquent cette baisse.

En détail, le lait par jour de vie est resté stable car l’intervalle vêlage-vêlage s’est amélioré (422 jours à 414 jours) ; sur ces 2 périodes (du 1er octobre 2015 au 30 septembre 2017) l’âge au vêlage des primipares est stable à 32 mois.

Suite à cette forte baisse du niveau moyen de production des vaches laitières de Moselle, et contrairement au lait par jour de vie, le lait par jour de vie productif est impacté.

Le lait par jour de vie productif est calculé de la même manière que le lait par jour de vie auquel est retiré tous les jours improductifs des animaux (période de la naissance au 1er vêlage et périodes de tarissement).

Il s’est dégradé de presque 1 kg par vache (25.1 à 24.3 kg de lait/VL/an). Sur cette même période, la consommation de concentrés a même augmenté de 100 kg environ alors que le lait produit a baissé. Suivant les données du contrôle laitier du début de campagne 2017-2018, la moyenne de production des vaches repart à la hausse, les fourrages 2017 sont bons et permettent heureusement une meilleure production de lait. Pourvu que cela se poursuive car le chiffre d’affaires des exploitations augmentera pour un niveau de charges alimentaires comparable.

Facteurs influençant le lait par jour de vie

Un lait par jour de vie élevé implique une bonne maîtrise technique sur l’élevage des génisses, la conduite alimentaire des vaches laitières, tout en ayant des performances de reproduction satisfaisantes. Il y a également tous les aspects de conduite du troupeau permettant une prévention des problèmes sanitaires et métaboliques car la longévité est prise en compte dans le calcul de cet indicateur.

 

 

Graphique 1

 

Source : contrôle laitier

Légende : Des élevages avec un même niveau de production (exemple 7 900 kg de lait) présentent des grandes différences au niveau de la quantité de lait par jour de vie (même exemple : 13,2 kg de lait).    

 

Une forte corrélation existe entre le lait par jour de vie et la moyenne annuelle de production au contrôle laitier. Cependant, pour un même niveau de production (environ 7 900 kg de lait/VL/an), il existe un écart type de 13.2 kg de lait ! Dans ce cas bien précis (graphique 1), l’âge au vêlage est quasiment identique aux alentours de 34 – 36 mois. La différence se joue ici au niveau du nombre de primipares introduites dans le troupeau : 27.3 % dans le troupeau avec le meilleur lait par jour de vie contre plus de 47 % dans l’autre élevage.

Au-delà de l’exemple cité précédemment, c’est l’augmentation de l’âge au vêlage des génisses qui fait baisser le lait par jour de vie (graphique 2).

 

 

Graphique 2

 

Source : contrôle laitier

Légende : optimiser le lait par jour de vie implique d’avancer l’âge au vêlage.                           

 

Optimiser le lait par jour de vie implique d’avancer l’âge au vêlage. Les études montrent que les vaches qui vêlent tôt produisent plus de lait sur leur carrière. En plus, le vêlage précoce diminue le nombre de jours improductifs avant le 1er vêlage.

Les différentes corrélations énumérées sont intéressantes pour améliorer les critères techniques d’un troupeau, mais est-ce que ces améliorations se traduisent par une meilleure efficacité économique ?


La Chambre d’agriculture organise une série de 5 portes ouvertes.

 

Portes ouvertes contrôle laitier

« Produire du lait : atteindre des performances techniques ou des performances économiques ? »

Il sera question de l’indicateur synthétique de performances : le lait par jour de vie. 

 

Jeudi 15 février à 13h30

Rendez-vous à Hesse, 3 rue du canal (salle polyvalente) puis sur l’exploitation de Mrs Helvig – GAEC de l’Hermitage

Traite et raclage robotisé, caillebotis. Le système intensif est-il rentable ?

Mardi 20 février à 13h30

Rendez-vous à Les Etangs, Place de la Mairie – Eglise (salle communale) puis sur l’exploitation de Mr et Mme Schertz et M Hoschar – GAEC DPI

Cohérence technique et performance économique

Mercredi 21 février à 13h30

Rendez-vous à Honskirch (suivre fléchage) sur l’exploitation de M et Mrs Rechenmann - GAEC Rechenmann

Bâtiment et salle de traite neufs - Augmenter la productivité pour améliorer la rentabilité

Jeudi 22 février à 13h30

Rendez-vous à Blanche-Eglise, 35 rue principale (salle communale) puis sur l’exploitation de M Broquard - EARL du Bément

Vêlage 3 ans, pourquoi pas ?

Vendredi 23 février à 13h30

Rendez-vous à Distroff, 5 rue de l’église (centre culturel) puis sur l’exploitation de M Glaude – EARL Glaude

Traite robotisée avec pâturage. Un système intensif mais simple et efficace

 

Arnaud GRESSET, responsable d’équipe lait
Service élevage
Tél : 03.87.66.12.46
arnaud.gresset@moselle.chambagri.fr