Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Détail de l'actualité

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Innov'action: pour la 2e année sur le bassin versant de la Seille

Une quarantaine de professionnels ce sont donnés rendez-vous le 31 mai à Saint Jure pour la 3ème édition d’INNOV’ACTION.

C’était une des six portes ouvertes proposées par les Chambres d’agriculture du territoire lorrain.

La thématique : « Faire de la marge en dépensant moins ». Ambitieux !

Le support : les 500 gestions de parcelles des agriculteurs lorrains (issues de Mes p@rcelles). Conséquent !

L’exemple : l’exploitation d’Hervé Auburtin. Edifiant !

 

On dispose ainsi de données confortées sur les campagnes 2013, 2014 et 2015 représentant près de 210 000 ha. A partir de cette base, nous avons pu identifier des exploitations limitant le recours aux produits phytosanitaires, tout en maintenant des résultats économiques performants, notre thématique.

 

Les critères étudiés :

- la marge brute, non pas à la culture, mais à l’échelle de l’exploitation

- l’indice de fréquence de traitement (IFT qui permet d’appréhender la pression d’utilisation des produits phytosanitaires, également à l’échelle de l’exploitation).

 

Pour être consolidée, l’analyse est effectuée de manière pluriannuelle. Elle exclue l’année 2012, trop atypique en termes d’assolements, et l’année 2016, trop exceptionnelle en termes de rendements.

Afin de limiter l’effet lié au meilleur ou moins bon potentiel pédoclimatique de certaines petites régions de la Lorraine, les marges brutes de chaque exploitation sont rapportées relativement à la médiane du groupe du secteur.

 

Cas concret : Hervé Auburtin à Saint Jure

Parmi les exploitations dont l’IFT (indice de fréquence de traitement) est inférieur à la moyenne, donc des exploitations économes en phytosanitaires, on en compte 29 avec une marge brute supérieure à la moyenne du secteur. Dans ces exploitations économes et performantes on trouve celle Hervé Auburtin, notre hôte du jour.

1er constat: 8 cultures dans l’assolement 2017 et une rotation sur 5 ans (voir schéma). Les pivots? Bien sûr le blé pour les cultures d’hiver et pour les 25 % de cultures de printemps dans la sole, le tournesol, plus rare.

2e constat: l’exploitation est plus dans l’adaptation que dans le dogme avec du matériel diversifié pour s’adapter aux conditions pédoclimatique et aux précédents culturaux. Du semis direct au labour, de la herse étrille aux micro-doses d’herbicide, Hervé Auburtin ne s’interdit rien.

3e constat: malgré une « boite à outils » bien fournie, la puissance présente sur l’exploitation est faible, et la consommation de fuel maitrisée.

Traction : 1,6 cv/ha calcul hors automoteur de récolte (3 tracteurs – tracteur de tête 170cv). Consommation GNR : 66 L/ha SAU

Avec une politique d’achat de matériel basée sur la copropriété et l’occasion, l’exploitation du secteur de Verny a des coûts de mécanisation inférieurs à la moyenne.

 

La suite de la matinée a été consacrée à des points plus techniques et plus pointus. Tournesol et soja ont été passés aux cribles : préparation des sols, décompacteur, rotative, cultivateur avec ou sans…

Variétés et itinéraire technique, apport d’éléments fertilisants au semis (toujours avec un témoin non fertilisé).

Semoir de précision ou semoir en ligne, écartement 17.5 ou 35 cm …

Structure du sol en fonction de la préparation, avec la méthode du mini profil réalisée grâce au télescopique et ses fourches palettes…

La matinée qui a débuté à 9h45, a vu les derniers participants quitter le site après 13 h, un signe de réussite pour cette porte ouverte.

A refaire.

 

Claude RETTEL, responsable du service agronomie – environnement

Contact: Tél. 03 87 66 12 42. Email: jamela.beccherle@moselle.chambagri.fr