Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Détail de l'actualité

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Dresser son chien de troupeau

Après avoir participé à la journée de découverte du chien de troupeau le 10 janvier à Burlioncourt, un groupe de 11 éleveurs mosellans et alsaciens a décidé de passer à l’étape supérieure en démarrant le cycle de formation « dresser mon chien de troupeau, initiation ». Les deux premières journées ont eu lieu les 21 février et 14 mars à Lezey et la dernière journée du cycle est prévue le 6 avril. Cette fréquence permet aux stagiaires de mettre en pratique entre deux séances les exercices enseignés par Bruno Banon, formateur chien de troupeau agréé par l’Institut de l’Elevage.

Pour beaucoup d’éleveurs, le chien utilisé pour le travail reste un tabou et beaucoup s’imaginent qu’il est réservé aux éleveurs ovins! Il faut savoir que le chien est avant tout intéressé par le mouvement et  peut donc  travailler sur toute production en allant de la poule à la vache allaitante  en passant par les cochons. Au sein du groupe, seuls trois éleveurs ovins étaient présents. Les huit autres élèvent des vaches laitières.

Les bases de l’éducation

Lors des deux premières journées, les stagiaires ont pu apprendre les bases du dressage ainsi que les premières manipulations au cercle.

L’éducation de base permet de fixer l’écoute, et donc l’autorité, et peut se mettre en place dès le 4e mois du chiot.  Le travail commence par le marcher en laisse : le maître est le meneur et le chien doit être fixé sur ce dernier lors de l’interpellation par son nom. La traction sur la laisse (dont la force est à doser selon la sensibilité du chien) est le meilleur moyen pour attirer l’attention du chien.  

Une fois cet exercice maîtrisé, on peut passer aux exercices suivants : « stop et couché » et « stop et viens » et le rappel, à effectuer en longe dans un premier temps.

Le contact avec le troupeau

C’est seulement une fois toutes ces bases acquises que l’on peut emmener le chien auprès des animaux en filet. Avec des jeunes chiens, il est indispensable de commencer le dressage avec de jeunes bêtes : l’idéal étant un groupe de 6-8 petites génisses (laitières ou allaitantes) ou agnelles qui ne contestent pas l’autorité. Il n’y a aucun problème si elles n’ont jamais vu de chien, elles s’y habitueront très rapidement.  Dans la mesure du possible, ce groupe de jeunes bêtes doit être conservé pour l’ensemble des entraînements quotidiens. Bruno Banon conseille de travailler au moins un quart d’heure par jour pour voir des résultats. L’éducation du chien ne se fait pas sans un minimum d’investissement de la part du maître.

Au filet, l’objectif est que le chien se place en position « midi », une position naturelle pour lui en tant qu’arrêteur de mouvement. Pour cela, le maître va se servir du mouvement des animaux en provoquant leur fuite pour faire bouger le chien, qui va instinctivement chercher à les contenir. Si le chien ne va pas tout seul à « midi », c’est au maître d’aller se placer à « 6 heures ». Il faut habituer le chien à se trouver à l’opposé de son maître.

Il faut rester prudent sur deux points : un chien trop jeune risque de ne pas être prêt, il ne faut donc pas lui mettre la pression au risque de l’écraser. Il n’y a pas d’âge minimum, cela dépend du caractère du chien. Il faut aussi rester raisonnable sur la durée de l’exercice : une confrontation trop longue avec le troupeau risque de déstabiliser le chien.

A la fin de la troisième journée de formation, les stagiaires commenceront à travailler en libre, de façon très progressive afin de garder le contrôle sur le chien.

Au cercle, les stagiaires canalisent leur chien pour qu’il s’arrête à l’opposé de leur maître

 

Christelle VAILLANT, technicienne spécialisée ovins viande
Service élevage
Tél. 06 80 61 85 80
mail : christelle.vaillant@remove-this.moselle.chambagri.fr